« Le processus d’indemnisation passera par l’Android ou le laptop », indiquent les participants au séminaire.

La branche automobile tient le haut du pavé en matière de sinistres. Le constat est rappelé encore un fois à l’occasion du séminaire portant thème « Une assurance optimale pour une meilleure prise en charge des sinistres » dédié aux clients de la CAAR et qui a été hébergé, hier, par l’hôtel Aurassi, à Alger. L’assurance automobile arrive en fait immédiatement après la branche transport, laquelle est en tête des règlements de sinistres, affirment les professionnels de la CAAR.

A l’ouverture des travaux de ce séminaire, Kessali Brahim Djamel, Président Directeur Général de la CAAR, a rappelé les efforts entrepris par son organisme afin d’être au diapason des technologies modernes et de l’ère du numérique. « La numérisation rime avec efficacité », a-t-il souligné. « Le processus d’indemnisation passera par l’Android ou le laptop », a-t-on, par ailleurs, indiqué tout en soulignant que 50% de la population algérienne  utilisent Internet.

Les participants ont également annoncé une « plateforme » chargée de la gestion des recours et des sinistres corporels et matériels qui dépassent les pouvoirs des agences. Il est, en outre, question d’extensions de garanties dans la branche automobile notamment, ce qui témoigne de l’intérêt que porte la CAAR à ce segment.

L’on cite ici l’exemple de la garantie offerte aux automobilistes algériens qui se rendent en Tunisie, Cette garantie concerne tous les véhicules de – 3, 5 tonnes, et couvre le conducteur et les passagers. Elle prévoit un véhicule de remplacement et offre une protection juridique limitée à  500 euros.

Sur le registre des innovations de la CAAR citons l’extension de garantie portant actes de terrorisme et de sabotage « ATS » laquelle est élargie aux particuliers, au même titre que les émeutes et mouvements populaires (EMP).