La consommation globale de carburants, hors GPL, a enregistré une hausse de 5% au 1er trimestre 2019 par rapport à la même période de l’année 2018, soit 3,5 millions de tonnes, révèle un bilan de l’autorité de régulation des hydrocarbures (ARH).

Dans le détail, le document de l’ARH rapporte que la consommation de l’essence a augmenté de 1,2%, soit 937 243 tonnes, et le Gas-oil, de 6,5%, soit 2,58 millions de tonnes,.

Pour le GPL (gaz de pétrole liquéfié), la consommation a enregistré une hausse de 36% par rapport à la même période de l’année 2018, soit 184 666 tonnes.

L’autorité de régulation des hydrocarbures souligne dans son rapport qu’après une hausse soutenue depuis la fin des années 1990 pour atteindre 15,33 millions de tonnes en 2015, la consommation nationale des carburants est restée en dessous de 15 millions de tonnes à partir de 2016.

La même source rappelle qu’en 2018, la consommation nationale des essences a atteint 3,93 millions de tonnes et celle du gas-oil 10,35 millions de tonnes.

La baisse par rapport à l’année 2017 (4,15 millions de tonnes pour les essences) est due essentiellement à l’augmentation des prix à la pompe des essences, indique le rapport de l’ARH. 

Elle souligne qu’après des baisses successives de la consommation du gas-oil à partir de 2016, avec -2,8% en 2016 et -2,3% en 2017, « la consommation de gas-oil a repris sa tendance haussière en 2018 avec un taux de croissance de +2,6% ». 

En ce qui concerne la consommation nationale du GPL, l’ARH rappelle  qu’avec un volume de 650 000 tonnes, ce carburant a connu une hausse de +42% en 2018 et une hausse de 30% en 2017. Selon le même organisme, l’engouement sur l’utilisation du GPL est dû au maintien de son prix constant de 9 DA le litre, induisant ainsi un écart important du prix par rapport aux essences.