L’OAIC est le principal importateur de céréales en Algérie.

Sur ces 1,704 milliard de dollars, les achats de blé dur se sont établis à 443 millions de dollars(contre 662 millions usd en 2015) ceux de blé tendre à 1,123 milliard de dollars en 2016 (contre 1,49 milliard en 2015) et ceux d’orge à 138 millions de dollars (contre 149 millions usd en 2015).

 

 

La facture d’importations de l’Office algérien interprofessionnel de céréales (OAIC), principal importateur de céréales, s’est élevée en 2016 à 1,704 milliard de dollars, contre 2,310 milliards de dollars en 2015, soit une baisse de 26,23% : c’est ce qu’a indiqué hier le directeur général de cet opérateur public, Mohammed Belabdi, dans  une déclaration à Algérie Presse Service.

Sur ces 1,704 milliard de dollars, les achats de blé dur ont atteint 443 millions de dollars (contre 662 millions usd en 2015), ceux de blé tendre 1,123 milliard de dollars (contre 1,49 milliard en 2015) et, enfin, ceux d’orge 138 millions de dollars (contre 149 millions usd en 2015).

 

De nouveaux moyens de transport

 

Selon Mohammed Belabdi, ce recul de la facture d’importations de céréales par l’OAIC s’explique aussi par les investissements engagés par cet office (moyens de transport et de logistique). L’acquisition de nouveaux moyens de transport, a-t-il expliqué, s’est traduite par une réduction de 70% du temps d’attente des navires en rade. La réduction du temps d’attente en rade permet, a-t-il ajouté, de profiter des meilleures opportunités du marché extérieur des céréales.

L’OAIC a également dégagé, a indiqué son directeur général, 1 milliard de dinars pour l’installation au niveau des ports céréaliers de pompes à grains et de portiques afin d’améliorer l’opération de débarquement des navires.