Le Président du Conseil du groupe AXA-Assurance, Denis Duverne a estimé jeudi que la loi 51/49 ne pose aucun problème pour le développement de sa filiale Axa-Algérie.
Intervenant lors d’une conférence de presse organisée jeudi soir en marge de la cérémonie d’inauguration du nouveau siège d’Axa Assurances Algérie, il a rappelé que Axa-Algérie  a su « se positionner comme un acteur important du marché algérien. » et d’ajouter que  ce nouveau siège n’est qu’un bon exemple de la volonté d’Axa de s’ancrer en Algérie.
Il dira en effet, que son Groupe travaille avec des partenaires notamment en Asie, qui détiennent la majorité des actions. « l’Algérie n’est pas un cas isolé car nous avons en Asie, en Indonésie, Malaisie, en Thaïlande un certain nombre de partenariats avec des entreprises locales, souvent des banques. Dans beaucoup de ces cas, nous sommes actionnaire minoritaire », a-t-il répondu à une question sur la loi 51/49.
L’hôte de l’Algérie a indiqué en outre que le domaine des assurances en Algérie a beaucoup de potentiel.
Sur ce sujet, il affirmera que Axa-Algérie est passée de 0 à plus de 4% de la part du marché des assurances dans le pays, soulignant l’existence d’une concurrence et d’une évolution. AXA Assurances Algérie renforce ainsi son positionnement et devient le 7e acteur du marché des assurances en Algérie.
Le responsable de Axa a souligné que son du Groupe continue à concrétiser sa stratégie de développement durable, et ce, en offrant les meilleurs services à travers notamment le remboursement rapide des sinistres et aussi investir dans le développement du réseau de distribution. Ainsi, M. Duverne a souligné que la stratégie de  filiale Axa-Algérie, repose sur deux axes prioritaires à savoir la santé et la PME, tout en rappelant que son parc automobile est estimé aujourd’hui à 30 000 véhicules.
En clôturant M. Duverne a indiqué qu’il a été question de rencontrer lors de son séjour en Algérie, le ministre des Finances, le directeur du Trésor, le directeur des assurances, le patron du FNI et du Sonatrach.