L’invité de Radio M s’est demandé pourquoi « on n’a jamais voulu faire un bilan de la règle 51/49%».

« Je me suis insurgé contre la règle 51/49 ». C’est ce qu’a déclaré le Professeur Abderrahmane Mebtoul, lors de son intervention sur l’émission ‘’l’Invité du Direct’’ de Radio M.

Pour le professeur Mebtoul, cette règle ne devrait être imposée qu’aux secteurs stratégiques, une fois définis. Il a affirmé à ce sujet que l’instauration de cette règle avait pour objectif de réduire les importations. « Mais cette règle n’a eu aucun impact positif sur l’importation », a-t-il souligné en ajoutant qu’après cette décision le gouvernement était revenu aux licences d’importation.

L’invité de Radio M s’est demandé pourquoi « on n’a jamais voulu faire un bilan de la règle 51/49%». D’autre part, le professeur Mebtoul a indiqué que 80% du tissu économique algérien est composé de commerces et d’entreprises de  services, alors que le secteur industriel, selon les chiffres de l’OMS de 2017, représente seulement 6% du produit intérieur brut.

Concernant les cours du pétrole qui affichent des chiffres en baisse, Mebtoul a indiqué qu’il « ne faut pas avoir une vision pessimiste à ce sujet », signalant, néanmoins, qu’il y avait « péril avec l’actuelle gouvernance ». À ce propos, il dira qu’il a toujours dit  que « l’Algérie avec une bonne gouvernance pourra s’en sortir avec un baril à 60 dollars ».

Il a expliqué que la chute drastique des cours du pétrole est due essentiellement à l’entrée massive sur le marché  du pétrole et de gaz de schiste américain, en plus des perspectives de l’économie mondiale.