Le spécialiste de l’énergie, Mourad Preure, l’expert en Finances, Ferhat Ait et l’économiste Mourad Goumiri, animant le dernier  CEE (Café des experts économiques) ont évoqué cette semaine, les perspectives de l’évolution de l’économie nationale dans les toutes prochaines semaines.

Alors que la contestation citoyenne pacifique bat son plein, ils s’accordent à dire que les signaux émis par la société algérienne en ces moments historiques sont très positifs.

Ils mettent, néanmoins, en garde contre certains risques. Mourad Preure est  le premier à signaler dans ce sens l’importance de préserver l’outil national de production du pétrole et du gaz. Il appelle à « ne pas toucher aux secteurs pétroliers et gaziers en cas de grève, car ce sont des secteurs stratégiques » et de préciser : « les pétroliers peuvent manifester leur adhésion au mouvement populaire sans pour autant toucher à l’outil de production».

« Les grèves dans les hydrocarbures sont très dangereuses et sont absolument à éviter. Le mouvement citoyen doit tenir compte de cette réalité », prévient Mourad Preure.  

Il évoque donc une ligne rouge à ne pas franchir par les pétroliers qu’il invite expressément à protéger leur outil de production, sous peine de causer du tort au pays.

Les trois intervenants s’accordent en outre à dire que le mouvement social et citoyen n’a pas impacté négativement l’attractivité de l’Algérie en matière d’investissement, puisque selon eux aucune agence de notation n’a dégradé le risque Algérie.