Depuis sa création en 2004, le Fonds de garantie des crédits aux petites et moyennes entreprises (FGAR) a accompagné plus de 2300 projets.

Selon le directeur général du FGAR, Khalef Abderraouf, qui intervient ce matin sur les ondes de la chaîne 1 de la Radio nationale, cet accompagnement des entreprises a permis de créer environ 70 000 postes d’emplois, d’où, selon lui, l’importance d’accompagner et d’orienter d’avantage les porteurs de projets.
Le coût d’investissement de ces entreprises a dépassé les 165 milliards de dinars, tandis le que le montant de garantie a atteint les 69 milliards de dinars, avait-il indiqué auparavant.
Pour cette année, le FGAR vise l’accompagnement de 400 entreprises, dont les résultats du premier semestre de l’année en cours, sont très encourageant avec l’accompagnement de 201 entreprises soit une hausse de 30% par rapport à la même période de l’année écoulée (300 entreprises durant toute l’année de 2017).
Pour le responsable, 70% des projets accompagnés concernent la création. L’hôte de la chaîne 1 souligne que son organisme peut accompagner la création des nouvelles entreprises avec une garantie de 10 milliards de centimes tandis que l’accompagnement de l’extension des entreprises peut atteindre les 25 milliards de centimes. « Nous accompagnons tous les projets d’investissement sauf ceux à caractère commercial », indique le responsable qui précisera que 53% des projets accompagnés sont du secteur de l’Industrie, 24% des travaux publics et 21% des services.
L’invité de la chaîne 1 rappelle que l’une des  missions du FGAR est de veiller à réduire le taux d’échec des entreprises. D’ailleurs, Khalef Abderraouf avait indiqué que le taux des sinistres reste très minime, estimé seulement à 5%. Le même responsable avait indiqué auparavant que sur les 1937 PME, seulement entre 60 et 70 n’ont pu rembourser leur crédit, souligne le DG du FGAR qui dira que les normes européennes sont à hauteur de 25%.