Le ministère du commerce veut encourager les opérateurs à investir dans le créneau de la grande distribution en Algérie. Les walis sont invités à dégager les assiettes foncières pour les investisseurs.

Le constat fait par des responsables au ministère du commerce et rapporté par l’agence APS est simple: il n’y a en Algérie que neuf (9) hypermarchés et 244 supermarchés. Très peu pour une population de 40 millions d’habitants et qui en comptera 10 millions de plus en 2030.

Le ministère du commerce veut inciter les opérateurs à investir ce créneau qui est presque vierge… en s’attaquant au problème du foncier qui est constamment avancée par les organisations patronales comme l’un des plus grandes.

Selon APS, le ministère du commerce s’est concerté avec  les collectivités locales pour dégager des assiettes foncières susceptibles d’accueillir les projets d’hypermarchés au niveau des wilayas dans des zones adéquates, souligne la même source.  Le ministère de l’intérieur a donné des directives aux walis dans ce sens.

Par ailleurs, programme de réalisation des marchés de gros de fruits et légumes à vocation nationale et régionale, confié à l’entreprise publique de réalisation et de gestion des marchés de gros (Magros), prévoit la réalisation de huit (8) marchés. Ces marchés de gros seront implantés dans les wilayas d’Ain-Defla, Mascara, Sétif, Guelma, Ouargla, Djelfa, Biskra et Mila.

Le coût prévisionnel global de ces marchés où doivent intervenir 43.000 personnes/jour, est estimé à 19,03 milliards DA financé sur crédit bancaire de la banque BADR pour une capacité totale de 3,6 millions de tonnes/An et un nombre d’emplois permanents à créer de 20.000 à 24.000.

L’examen de la situation de ces projets montre que deux (2) wilayas ont atteint des taux de réalisation des travaux respectivement de 91% et de 97% pour les marchés de gros des wilayas de Sétif et d’Ain Defla.