« Nous allons faire appel du jugement. Nous allons continuer à défendre notre client qui ne doit pas être en prison », affirme la défense.

Le directeur du site d’information Dzair Presse Adlène Mellah, a été condamné, aujourd’hui, 25 décembre, à une année de prison ferme par le tribunal de Bab el Oued, a-t-on appris de son avocate Zoubida Assoul. Rappelons-le, le procureur avait requis trois ans de prison lors du procès. Le photographe Abdelaziz Adjal, poursuivi dans la même affaire, a été condamné à 4 mois de prison ferme.

Commentant le verdict, l’avocate du journaliste Zoubida Assoul s’est dite « choquée » par la peine prononcée « contre un journaliste qui n’a fait qu’exercer son métier ». « On s’attendait à ce que la présidente de la séance refasse le procès pour permettre à la défense de Mellah de mener convenablement son travail, mais il en a été autrement », déplore-t-elle avant de s’interroger sur la finalité des affaires qui ciblent son client. « 80 personnes ont pris partau sit-in de solidarité avec le chanteur Rédha City 16, mais on a poursuivi qu’Adlène Mellah. J’aimerais savoir pourquoi on l’a sélectionné », s’interroge-t-elle.

« Nous allons faire appel du jugement. Nous allons continuer à défendre notre client qui ne doit pas être en prison », affirme-t-elle.

Sur les réseaux sociaux, la nouvelle de la condamnation du journaliste a suscité une avalanche de réactions dénonçant le recours les atteintes à la liberté et réunion et de la manifestation pacifiques.