Le verdict vient de tomber dans l’affaire des deux journalistes du site d’information Algerie Part, Abderahmane Semmar et Merouane Boudiab.

Le juge chargé de l’affaire au niveau du tribunal de Said Hamdine, à Alger, a décidé de relaxer les deux prévenus en ordonnant un complément d’enquête au sujet de ce dossier.

Semmar et Boudiab sont accusés de menace, d’atteinte à la vie privée et de diffamation par le groupe de médias Ennahar et par le wali d’Alger.

Interrogé par Maghreb Emergent, Me Hamaili Boubaker Esseddik, l’un des avocats de la défense, explique que « la relaxe avec complément d’enquête est un verdict venu satisfaire les deux parties de l’affaire. Prononcer un acquittement ou une condamnation aurait été très difficile».

Les deux prévenus ont été défendus par une trentaine d’avocats dont Mustapha Bouchachi, Abdelghani Badi, Mokrane Aït Larbi et Zoubida Assoul. Le parti d’opposition du Front des Forces Socialistes (FFS), a dépêché son collectif d’avocats pour défendre les deux journalistes. La ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme s’est également mobilisée pour les défendre.