La composante humaine du Panel du dialogue national mine de l’intérieur le Forum du dialogue national. Le choix de la présidence de la République devient une source de divergence entre les principaux acteurs ce Forum sensé fédérer toutes les voix revendiquant le changement démocratique dans le pays.

En effet, les acteurs du Forum ont exprimé des réactions totalement opposées à l’annonce de la composante humaine du Panel du dialogue. Ainsi, les membres fondateurs de ce regroupement des partis et personnalités de l’opposition ne parlent plus le même langage. Si la formation politique d’Ali Benflis Talaâ El Hourayet a adhère et soutient la démarche de la Présidence de la République et n’exprime aucune réserve sur sa composante humaine c’est loin d’être le cas pour l’autre acteur principal du Forum du dialogue national le Front pour la justice et développement (FJD), d’Abdellah Djebellah. Le parti de Benflis a estimé samedi, que la démarche de la présidence de la République de désigner un panel du dialogue s’inscrit dans la bonne voie. Il justifie sa position, par « la pertinence » des missions attribuées à la conférence nationale du dialogue qu’organisera ce panel.

Par ailleurs, le parti d’Abdellah Djeballah regarde d’un mauvais œil la composante humaine du panel. Le chargé de communication du FJD Lakhdar Benkhalaf a clairement remit en cause la crédibilité de ce panel. « La composante du panel est décevante », a réagi à l’annonce de la présidence sur son compte facebook.

Benkhalaf estime nécessaire voire urgent de revoir la liste des personnalités sélectionnées pour conduire le dialogue national. « Il faut renforcer ce panel avec des personnalités de poids lourds », recommande-t-il. De son coté, le coordinateur de la conférence du Forum national du dialogue Abdelaziz Rahabi a préféré ne pas donner de commentaires sur la composition du panel. Pour lui, c’est la feuille de route qu’on donne à ce panel qui importe.