Le travail au noir et le nombre ridiculement bas des salariés qui travaillent pour un retraité ont fini par sérieusement mettre à mal les équilibres financiers.

La Caisse Nationale des Retraites (CNR) jouit d’un régime de faveur dans le Projet de la Loi de Finances (PLF) 2019 puisque le Fonds National d’Investissements (FNI) est autorisé à accorder des prêts à long terme à taux bonifiés à la CNR.

Il est évident que la présente loi vient à la rescousse de cette caisse dont les voyants sont au rouge, suite, notamment aux départs massifs à la retraite sans obligation d’âge et autre retraite proportionnelle. Le travail au noir et le nombre ridiculement bas des salariés qui travaillent pour un retraité ont fini par sérieusement mettre à mal les équilibres financiers de la CNR.

Dans la rubrique « Dispositions diverses », le Fonds National d’Investissement est ainsi autorisé à accorder des prêts à long terme à taux bonifiés à la CNR. Le législateur étaye le recours à cette mesure en expliquant que la proposition a pour objet d’autoriser le FNI à soutenir financièrement la CNR dans ses missions, par l’octroi de prêts à long terme bonifiés par le Trésor.

Ces prêts à long terme peuvent être, le cas échéant, accordés pour une durée de 40 ans dont un délai de différé de 20 ans, est- il mentionné. L’objectif est de renforcer les capacités de la CNR pour la liquidation de retraites, sachant que des mesures visant l’atteinte de l’équilibre financier de la CNR à terme, ainsi que l’amélioration de la couverture financière du système national des retraites sont prises par les pouvoirs publics, est- il par ailleurs rappelé.