Algérie Sud Réveillon
Au lendemain du réveillon, les touristes laissent les traces de leur passage (Ph. N. Rondeleux – HuffPost Algérie)

Algérie Sud Réveillon

 

Depuis quelques années, le Sud est devenue une destination prisée des Algérie(ne)s pour le Réveillon. D’ici quelques jours, le paisible village de Taghit, niché au cœur des dunes du Grand erg occidental, à 1.100 km au sud ouest d’Alger, sera ainsi envahi par des milliers de touristes. Le Huffington Post Algérie a suivi les préparatifs.

Les demandes d’autorisation d’exposants au marché s’amoncellent sur le bureau de Mustapha Abdelhak, l’adjoint au maire de Taghit. « Près de 200 dossiers ont déjà été traités et les demandes continuent d’affluer sauf que nous n’avons plus de place pour répondre favorablement », déclare l’élu rencontré à la mairie située sur la place du marché. En plus du marché d’artisanat, la mairie a prévu une foire pour enfants, une exposition à la Maison de la Culture et un festival de la culture amazighe comme festivités de fin d’année. A quelques mètres de la mairie, les premiers exposants commencent à installer leurs échoppes. Hafsa place ses tenues traditionnelles de la région de Touggourt sur des cintres. « Tout est fait à la main par une cinquantaine de femmes de la région », explique en souriant cette professeur d’anglais qui participe au marché de Taghit depuis 2007. Elle déplore que cette année le prix de l’emplacement soit passé de 2.000 à 6.000 dinars « sans gardien, ni sanitaires ».

L’afflux massif de visiteurs est une aubaine pour les hôteliers et commerçants de la daïra de Taghit qui compte près de 7.800 habitants. Les sept maisons d’hôtes ainsi que l’auberge de jeunesse et le complexe de jeunes affichent complet depuis longtemps. « Même si tous les lits sont pris, nous laissons les portes de l’auberge ouvertes pour indiquer que nous ne sommes pas fermés mais seulement complet », souligne Abdelaziz, employé de l’auberge qui offre une cinquantaine de places au prix de 200 dinars la nuit.

Un « événement »

Le débarquement soudain de milliers de personnes n’est pas sans conséquence sur la ville et la nature, en particulier. « Le 1er janvier au matin, on croirait qu’une bombe atomique s’est abattue sur la ville », témoigne Khaled, co-gérant de la maison d’hôtes Loubana dans le vieux ksar de Taghit. Bouteilles éventrées, gobelets, sachets, les rues sont jonchées de détritus.

Située à la sortie de la ville, sur la route de Brika, la maison d’hôtes Dar Terrehut demeure à l’abri du bruit et de la frénésie du soir du 31. Mais la question de la sécurité demeure. « Nous faisons appel à un gardien et nous avons le téléphone du chef de brigade de la gendarmerie, au moindre problème nous n’hésiterons pas à le contacter », explique Badis, co-gérant de la maison d’hôtes qui accueillera pour ce réveillon, près de 80 personnes entre le 28 décembre et le 5 janvier. « Chaque année, nous augmentons notre capacité d’accueil et nous nous perfectionnons grâce aux difficultés rencontrées précédemment », souligne le jeune algérois entre deux appels de réservations.