Les routes algériennes sont de plus en plus dangereuses (photo d’archives publiée sur le site internet de l’APS).

La wilaya d’Alger a enregistré le plus grand nombre, avec 793 accidents. Le bilan de victimes le plus lourd a été recensé du côté de la wilaya de M’sila, avec 98 morts.

 

 

2.216 personnes ont été tuées et 21.914 autres blessés dans 12.352 accidents de la route, ayant eu lieu les sept derniers mois de l’année en cours à travers le territoire algérien, selon un bilan de la Gendarmerie nationale.

Des chiffres en baisse par rapport à la même période en 2014, où 2.266 personnes ont été tuées, 25.858 blessées dans 14.308 accidents recensés, selon la même source.

La wilaya d’Alger a enregistré le plus grand nombre, avec 793 accidents. Le bilan de victimes le plus lourd a été recensé du côté de la wilaya de M’sila, avec 98 morts. La capitale a aussi enregistré le nombre le plus élevé de blessés avec la wilaya de Ain Defla, soit 968 blessés chacune.

 

L’excès de vitesse, la principale cause des accidents

 

L’excès de vitesse (4.650 cas), les dépassements dangereux (1.672) et non respect de la distance de sécurité (808) constituent les principales causes de ces accidents.

En 2014, plus de 3.900 personnes ont été tuées dans plus de 24.000 accidents de la route. Une moyenne de onze décès par jour selon un commandement de la Gendarmerie nationale (GN)

24.388 accidents ont eu lieu l’année écoulée, faisant 3.984 morts et 44.546 blessés. Les bilans établis par les éléments de la GN dénombrent une moyenne de 67 accidents par jour, 11 morts et 122 blessés.