Les collectivités locales sont appelées à assumer un rôle beaucoup plus actif dans le développement national, à en être les véritables locomotives localement, conformément à la nouvelle stratégie économique.

 

Cette orientation, convenue à l’occasion de la tripartite tenue en juin dernier à Biskra, a été réaffirmée dimanche par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, lors d’une réunion avec les walis du Centre, invités à ne plus se contenter d’être de simples exécutants mais de participer pleinement à la prise de décision et à l’élaboration de projets à haut rendement. Pour ce faire, il est attendu la formulation de propositions à soumettre lors de la réunion gouvernement-walis, prévue en septembre prochain à Alger, a indiqué M. Bedoui. Cette réunion aura pour objet d’établir une feuille de route pour les collectivités locales en matière de développement, de promotion de l’investissement et de création d’emplois et de richesses. Lors d’une rencontre précédente avec les walis et les walis délégués du Sud, le 16 juillet à Ouargla, M. Bedoui a appelé à faire de 2017 l’année de la prise en charge du développement durable et de l’investissement. Dans cette optique, le ministre a appelé les responsables locaux à rentabiliser les différents investissements réalisés par l’Etat, selon les lois économiques.

Les walis ne font pas assez

« Notre stratégie locale doit être créatrice de richesses et de plus-value et génératrice d’emplois », a-t-il dit à ce propos, relevant, dans le même sillage, la nécessaire mise à niveau des loyers et concessions des biens des collectivités locales, en les alignant sur les estimations réelles du marché local. Le ministre a annoncé, dans ce sens, qu’un recensement des biens des collectivités locales sera effectué avec une tarification de chacun de ces biens. Au cours d’une autre rencontre à Constantine avec les walis de l’Est le 2 juillet, M. Bedoui a également mis l’accent sur l’urgence de rentabiliser tous les investissements réalisés par l’Etat, affirmant qu’il est important de faire des collectivités locales « un soutien essentiel de développement pour l’Etat et non une charge à supporter ». Il a affirmé que « l’ère des dotations financières centralisées pour faire face aux dépenses de fonctionnement est révolue », appelant les collectivités à chercher des ressources financières pour faire face à leurs dépenses. M. Bedoui a ajouté qu’ »il est de la responsabilité de chaque wali de laisser son empreinte dans la wilaya qu’il gère à travers la construction d’une économie locale forte et le recouvrement de fiscalité, notamment ».
Il a également appelé les walis à s’orienter vers un nouveau modèle de gestion basé sur l’initiative économique et la bonne gouvernance. Déplorant l’existence, à titre d’exemple, de centaines de marchés réalisés sur fonds de l’Etat et non exploités, M. Bedoui a donné des instructions fermes aux walis pour £uvrer « pragmatiquement » pour rentabiliser ces biens en mettant en avant le procédé de partenariat public-privé. Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs mis en exergue la nécessité d’assainir la situation du foncier industriel économique dans les wilayas et de prendre les mesures adéquates pour libérer ce foncier et le mettre à la disposition des investisseurs sérieux. Réunis avec les walis de l’Ouest le 13 juin, M. Bedoui a relevé que chaque wilaya et chaque commune dispose de potentialités de développement importantes « qui n’attendent que des idées et des initiatives capables de les rentabiliser et de les développer ». Dans ce contexte, il a estimé qu’il n’y a pas de communes pauvres en Algérie, mais qu’il existe « une mentalité rentière, répandue dans nos collectivités locales qui attendent des dotations financières provenant des autorités centrales », a-t-il déploré. Tout en réaffirmant son rôle accompagnateur et facilitateur, il a soutenu que « les interventions de l’Etat au profit des collectivités locales se limiteront désormais aux seuls projets créateurs de richesses ».