Sur les neuf premiers mois de 2018, les quantités de pétrole exportées ont enregistré une baisse de 8,54% selon le rapport du gouverneur de la banque d’Algérie.

Ces quantités de pétrole exportées depuis janvier à septembre de l’année en cours, ont représenté 73,3 millions de TEP (Tonne équivalent pétrole) contre 80,1 millions sur la même période de 2017.

Cette baisse des quantités a été compensée  par la hausse des prix des hydrocarbures, qui ont connu une forte hausse estimée à 41,8% par rapport aux neuf premiers mois de 2017, ce qui a généré des recettes brutes de 28,7 milliards de dollars.

Cette baisse des exportations s’est caractérisée, en détail, par une baisse en volume de la plupart des produits dérivés des hydrocarbures, excepté pour le gaz naturel et le GNL.

Ainsi, de la période allant de janvier à fin juin 2018, les exportations du pétrole brut, ont enregistré un volume de 10,4 millions de tonnes contre 12,6 millions de tonnes pour la même période de 2017, avec une valeur de 5,6 milliards de dollars due essentiellement à la remontée des prix  contre 5,0 milliards de dollars pour la même  période 2017.

Pour les   produits raffinés, nous assistons à une baisse en volume avec 7,7 millions de tonnes au cours du premier semestre de 2018, contre 7,8 MT pour la même période de 2017. Mais avec une augmentation en valeur pour les mêmes  raisons  évoquées  précédemment, passant  de 3,3 milliards de dollars à 4,4 milliards.

Pour le condensat, nous avons  une légère augmentation en volume passant de 2,0 millions de tonnes à 2,1 en comparant les deux semestres de 2018 et 2017. Avec une augmentation en  valeur passant de 0,9 milliard de dollars à 1,2 milliard de dollars.

En ce qui concerne le GPL, les exportations ont enregistré une baisse en volume  passant de 3,6 millions de tonnes au premier semestre 2018, à 3,3 millions de tonnes pour la même période de 2017, avec une valeur passant de 1,4 à 1,6 milliard de dollars.

Par contre, une augmentation des exportations est remarquée pour le gaz naturel, qui passe en volume de 19,7 milliards de mètres cubes gazeux  à 20,6 milliards, et en valeur de 3,7 milliards de dollars à 4,6 milliards, toujours au premier semestre 2018.

Cette même hausse est enregistrée pour le GNL, avec  un volume passant de 1,8 à 1,7  milliard de mètres cubes, pour une valeur passant de 1,8 à 1,7 milliard de dollars entre ces deux périodes

Par ailleurs, il est à rappeler que les cinq premiers clients de l’Algérie dans les exportations des hydrocarbures, sont l’Italie à hauteur de 22,9%, suivie par l’Espagne à 16,1%, puis la France à 10,8%, les USA à 7,9% et enfin la Turquie à hauteur 5,5%.

Ces cinq pays représentent 63 % du total des exportations des hydrocarbures en volume.