Nour Meddahi, professeur d’économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

D’après l’économiste, les ajustements induits par les lois de finances 2016 et surtout 2017 ont ralenti le rythme de croissance de l’économie du pays, ce qui a mis le gouvernement face à deux choix pour redresser la situation; engager des réformes économiques de grandes envergures ou recourir à la planche à billets. Il évoque également le projet de loi de finances complémentaires pour l’année 2018.