Les travailleurs en CTA ont entamé un mouvement de protestation qui a eu pour effet de bloquer l’activité de la production du haut fourneau n°2 et des aciéries.

Après un mouvement de protestation de treize jours mené par des travailleurs recrutés en Contrats de travail aidés (CTA), le complexe sidérurgique Sider El Hadjar (Annaba) a repris ses activités aujourd’hui, selon Riadh Djemaî, secrétaire général du Conseil syndical de ce complexe, affilié à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA).

« Une réunion de dialogue et de concertation concernant les revendications exprimées par les travailleurs grévistes s’est tenue vendredi. Elle a donné lieu à l’adoption d’un accord satisfaisant toutes les parties », a expliqué le responsable syndical repris par l’APS.

La réunion a vu la participation du P-DG du groupe public Imetal de production sidérurgique et de sa transformation, du P-DG du complexe Sider El Hadjar, du P-DG du Groupe Sider, et du  secrétaire général du syndicat des travailleurs d’El Hadjar.

Selon la même source, il a été convenu, entre autres, d' »accorder aux travailleurs recrutés en CTA, des contrats de travail déterminés (CDD) d’une année avec la possibilité de les intégrer progressivement dans des postes de travail permanents, et l’annulation des poursuites judiciaires à l’encontre de certains travailleurs grévistes ».

Les travailleurs en CTA ont entamé, rappelons-le, un mouvement de protestation qui a eu pour effet de bloquer l’activité de la production du haut fourneau n°2 et des aciéries.

Le complexe Sider El Hadjar emploie environ 4.500 travailleurs, dont 492 sont recrutés en CTA et 1.159 autres  recrutés dans le cadre de contrats de travail à durée déterminée (CDD).