Le Directeur général des Impôts Abderrahmane Raouia

La loi de finances pour 2017 a relevé de deux points le taux de la TVA avec le taux normal qui est passé de 17% à 19% et le taux réduit passé de 7% à 9% pour une liste de produits.

 

 

Les marchés publics entamés avant 2017 continueront à bénéficier des anciens taux de la TVA (7% pour le taux réduit et 17% pour le taux normal) au lieu des taux de la loi de finances 2017, et ce, jusqu’à leur achèvement, a annoncé le Directeur général des Impôts Abderrahmane Raouia.
« Je vous annonce une bonne nouvelle. Les marchés publics qui ont connu un début d’exécution jusqu’au 31 décembre 2016 continueront à subir l’ancien taux de TVA jusqu’à la fin des travaux », a affirmé, jeudi à Alger, M. Raouia lors d’une journée d’information sur les mesures fiscales introduites dans la loi de finances 2017 (LF 2017).
Pour rappel, la LF 2017 a relevé de deux points le taux de la TVA avec le taux normal qui est passé de 17% à 19% et le taux réduit passé de 7% à 9% pour une liste de produits.
« C’est le Premier ministre (Abdelmalek Sellal) qui a pris en charge cette question pour éviter les désagréments que pouvait provoquer le réajustement de la TVA (à compter du 1er janvier 2017) », a-t-il fait savoir.
A une question d’un participant à cette rencontre pour savoir si la retenue de garantie, payée par les opérateurs en guise de garantie de bonne exécution du marché public, était concernée par cette mesure dérogatoire, M. Raouia a expliqué que cette garantie était, de facto, soumise au même taux de TVA auquel est soumis le marché public lui-même.