Slim Othmani. Photo : Ahmed Sahara. (Maghreb Emergent).

Les mesures de substitution aux importations, la dévaluation du dinar, ainsi que le maintien de la règle 51/49, sont tout simplement des mesures ‘’pas bonnes‘’ selon le président du conseil d’administraion de la Nouvelle Conserverie Algérienne (NCA). Il est probable qu’‘’on augmente les prix de nos produits‘’, a-t-il dit, du fait du coût des intrants, qui a fortement augmenté.

 

Radio M., la webradio de Maghreb Emergent, a reçu ce mercredi 13 janvier, dans sa première édition 2016 de l’émission ‘’L’invité du direct‘’, le PDG de la Nouvelle Conserverie Algérienne (NCA), et président du think tank algérien, CARE.

De par son statut d’acteur économique, M. Slim Othmani a fait part de son inquiétude face au resserrement au niveau de la consommation de ses produits. Il a souligné, par ailleurs, l’augmentation probable des prix de ces derniers. ‘’C’est un phénomène qui touche de façon générale tous les produits de large consommation.‘’ Le patron de NCA a expliqué qu’au niveau de son secteur (jus de fruit, NDR) ‘’ce resserrement a été ressenti dès la fin de 2015‘’ parallèlement à une augmentation de la consommation de la boisson gazeuse, ‘’qui est un substitut au fruit.‘’

En somme, selon M. Othmani, la baisse de la consommation (des produits de larges consommation, NDR) revient à une ‘’réaffectation du budget familiale‘’. ‘’ L’argent des ménages va vers le logement, et la précipitation à l’achat de véhicule, après la mise à difficulté des pouvoirs publics de l’importation automobile‘’, a explique L’invité du Direct de Radio M. ‘’Aucun opérateur n’a augmenté les prix et le pouvoir d’achat est resté le même que celui d’il y a 7 ou 8 mois‘’, a-t-il ajouté.

‘’Fermer la porte à l’importation ne permettra pas l’épanouissement de l’économie algérienne‘’

‘’Les mesures qui ont été prises me gênent beaucoup ! Ce sont des mesures de sauvegarde, qui sont donc à très court-terme. Elles hypothèquent dangereusement l’avenir de notre économie.‘’ M. Othmani estime que l’épanouissement de l’économie algérienne ne se fera pas à travers ‘’les carcans des licences d’importation ou du contingentement. ‘’ La conséquence d’un tel protectionnisme produira de puissants lobbyings qui feront tout pour maintenir leurs monopoles, soutient- il. Et de poursuivre : ‘’On voit déjà des secteurs, dont la production a explosé à nouveau. Si on se met dans une logique de substitution d’importations, on ne fera pas une économie efficiente.‘’

Slim Othmani est également revenu sur la réduction des importations de véhicules. ‘’C’est une démarche totalement incohérente et elle n’a pas de sens‘’ du point de son point de vue car ‘’elle va pousser au développement du marché parallèle de l’automobile et des pièces de rechange ‘’.