Tous les professionnels de la santé manifesteront demain, une première depuis l’indépendance du pays.

Ils marcheront ensemble dans les rues de la capitale mais dans d’autres villes également pour dire non à la feuille de route proposée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika pour sortir de la crise politique actuelle.

Médecins spécialistes, praticiens généralistes, paramédicaux, psychologues, médecins résidents, médecins internes, étudiants en médecine, ils vont tous manifester demain mardi, main dans la main pour exprimer leur refus collectif du contenu de l’offre faite par le chef de l’Etat pour faire sortir le pays de la zone de turbulence.

A Alger, les personnels de la santé publique seront soutenus dans leur marche qui démarrera du CHU de Mustapha Pacha par les médecins libéraux. Ces derniers ont décidé dimanche soir, de rejoindre la protestation. En tout, 9 organisations relevant du secteur de la santé ont lancé des appels pour la tenue des marches des blouses blanches.

Il s’agit du Conseil de l’ordre des médecins, de l’association des médecins libéraux d’Alger, du Snpsp, du Sap, du Snpssp, du Collectif des médecins résidants, du Snapsy, Snmgsp et du Snechu.

En plus du refus des propositions du président de la République, les blouses blanches veulent à travers leurs actions de demain apporter un soutien clair au mouvement populaire qui réclame depuis le 22 février le départ du régime et l’instauration d’une deuxième république.

Notons que six syndicats du secteur de la santé publique ont décliné, hier, l’invitation que leur a adressée le Premier ministre, Nourreddine Bedoui pour prendre part aux consultations politiques lancées dimanche en vue de former un nouveau gouvernement.