D’après le même responsable, les services du ministère du Commerce ont relevé, en 2017, que 6% des produits contrôlés étaient non conformes, contre 61% en 2014 et 85% en 2013.

« Les décès par inhalation de monoxyde de carbone enregistrés ces derniers jours ne sont pas dus à la qualité des appareils de chauffage à gaz mais à des problèmes d’installation et d’entretien ».  C’est, en substance, ce qu’a affirmé à l’APS le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes auprès du ministère du Commerce, Abderrahmane Benhazil.

Le responsable a assuré que durant toute l’année 2018, les contrôles effectués par les services du ministère du Commerce sur le marché national ont montré qu’à l’exception de deux appareils, les autres « ont été jugés conformes aux exigences de sécurité » telles que définies par l’arrêté ministériel de 2016 fixant les exigences de sécurité pour les appareils à gaz combustible domestiques. 

D’après le même responsable, les services du ministère du Commerce ont relevé, en 2017, que 6% des produits contrôlés étaient non conformes, contre 61% en 2014 et 85% en 2013.

Il y a lieu de rappeler que depuis le début de ce mois de janvier, 19 personnes sont décédées asphyxiées par des fuites de monoxyde de carbone dans plusieurs régions du pays. Durant la même période, la protection civile a dû intervenir pour secourir 66 autres personnes.