En plus de la grève, l’intersyndicale prévoit l’organisation de quatre rassemblements régionaux devant les locaux des directions de l’éducation à Batna, Laghouat, Blida et Relizaine.

L’intersyndicale de l’éducation nationale appelle les travailleurs du secteur à faire grève les 26 et 27 du mois de février en cours.

Réunis jeudi au siège national de l’Unpef (Union nationale des professionnel de l’éducation et de la formation), les six syndicats qui forment l’intersyndicale ont opté pour une grève de deux jours suivie de quatre rassemblements régionaux devant les locaux des directions de l’éducation à Batna, Laghouat, Blida et Relizaine, indique un communiqué de l’intersyndicale.

Ces deux actions de protestation interviennent suite à l’échec des séances du dialogue organisées le mois dernier, par la ministre de l’Education nationale Nourria Benghabrit avec les partenaires sociaux.

La plateforme de revendications de l’intersyndicale comprend, entre autres, le retour à la retraite proportionnelle et à la retraite sans condition d’âge, l’abrogation définitive de l’article 87 bis, et l’application du décret présidentiel 266/14, la protection du pouvoir d’achat des travailleurs de l’éducation nationale à travers la mise en place d’un mécanisme spécifique. Dans le même ordre d’idées, l’intersyndicale demande au ministère de tutelle de revoir la prime de zone qui n’a pas connu de changement depuis 1989.

En ce qui concerne les libertés syndicales, l’intersyndicale demande la levée de toutes les sanctions contre les délégués syndicaux, l’abandon des poursuites judiciaires contre ces derniers, la réservation de locaux pour les syndicats, l’aménagement des heures de travail pour les délégués syndicaux et libérer les accès aux syndicats pour accéder aux établissements scolaires.

Pour rappel, les mêmes organisations syndicales ont fait grève le 21 janvier dernier. Une grève qui a touché les trois paliers du secteur de l’éducation nationale.