La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati, a fait état, mardi à Alger, de l’inscription dans le projet de la loi de Finances 2020 de l’Observatoire nationale de la biodiversité (ONB), qui constitue « un solide mécanisme » à même de préserver le capital naturel et la biodiversité de l’Algérie.
L’ONB regroupera des compétences nationales capables de trouver des mécanismes pour la sauvegarde de la richesse naturelle du pays et sa protection contre le piratage », a-t-elle précisé lors d’une journée d’information, organisée à l’occasion de la Journée internationale de la biodiversité, célébrée le 22 mai de chaque année.
Après avoir rappelé la stratégie et le plan d’action nationaux sur la biodiversité 2016-2030, sous le thème « biodiversité pour le développement socio-économique durable et l’adaptation aux changements climatiques », la ministre a fait savoir que l’objectif de son Département était « l’intégration de la biodiversité dans les stratégies et plans d’action des différents ministères, à l’instar de l’Energie, de l’Industrie, de l’Agriculture et du Tourisme ».
Mme. Zerouati a évoqué, dans ce sens, l’installation de la commission intersectorielle de la biodiversité, comptant aujourd’hui 25 secteurs, ayant pour mission, a-t-elle dit, le suivi, l’évaluation et la mise en œuvre de la stratégie nationale, ainsi que l’assistance des différents secteurs dans l’élaboration de leurs plans d’action afférents.
Pour ce faire, le secteur de l’Environnement organisera en juin prochain, en collaboration avec le programme de l’Onu pour le développement (PNUD), un master-class au profit des représentants des secteurs sur les méthodes d’intégration de la biodiversité dans leurs stratégies sectorielles, a-t-elle expliqué.