La diplomatie marocaine relève le « caractère irresponsable, voire enfantin » des déclarations du chef de la diplomatie algérienne sur les liens présumés des banques marocaines et le blanchiment d’argent en Afrique.

 

Les propos du ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelakder Messahel, accusant les banques marocaines présentes en Afrique de s’adonner au « blanchiment d’argent du Hachich » sur le continent, passent mal.

Vendredi, devant un parterre d’hommes d’affaires affiliés au Forum des chefs d’entreprises (FCE), à l’occasion de la troisième journée de l’Université d’été du FCE, le chef de la diplomatie algérienne a tenu des propos « gravissimes » et  « irresponsables », selon la diplomatie marocaine qui a immédiatement réagi en convoquant le chargé d’affaires de l’Ambassade d’Algérie à Rabat.

 Il lui a été signifié « le caractère irresponsable, voire « enfantin », de ces déclarations, émanant de surcroit du chef de la diplomatie algérienne, censé exprimer les positions officielles de son pays au niveau international ». Le Royaume du Maroc a également décidé le rappel en consultation de l’Ambassadeur du Roi en Algérie.

Abdelkader Mahel a déclaré à l’Université d’été du FCE que le Maroc ne « vaut rien du tout (Makayen Walou) » et qu’il ne faut pas comparer l’Algérie un pays stable à ce pays. « Les banques marocaines, on le sait, c’est le blanchiment d’argent du hachich. Ça tout le monde sait. Et ce sont les chefs d’Etats africains qui me le disent. Si c’est ça une banque, je ne sais pas ! », a-t-il déclaré, sous les applaudissements des chefs d’entreprises. Avant d’ajouter que la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) « transporte autre chose que des passagers ».

Dans sa lancée, le MAE algérien a souligné que l’Algérie est le seul pays « sûr et stable » en Afrique du Nord, considérant de ce point de vue, qu’il est « le seul » pays légitime à figurer dans le classement du Doing Business  sur le climat des affaires.

Selon un communiqué de la diplomatie marocaines, ces déclarations « sans fondement ne sauraient porter atteinte à la crédibilité ni au succès de la coopération du Royaume du Maroc avec les pays africains frères ». Et d’accuser le chef de la diplomatie algérienne de faire dans la diversion pour cacher des problèmes plus profonds que vit le pays. « Ces allégations mensongères ne peuvent justifier les échecs ou cacher les véritables problèmes économiques, politiques et sociaux de ce pays, et qui touchent de larges franges de la population algérienne, notamment la jeunesse ».

La diplomatie marocaine est allée jusqu’à accuser l’Algérie de manque de vision sur le continent africain. « L’engagement pour l’Afrique ne peut être réduit à une question de ressources financières, sinon l’Algérie avec ses pétrodollars aurait pu réussir », a-t-on souligné.