Le chef de l’Etat Abdelkader Bensalah ne peut plus aller jusqu’au bout de sa mission constitutionnelle. Sa démarche d’organiser des élections présidentielles le 4 juillet prochain, est rejetée aussi bien par la rue qui l’a exprimée clairement vendredi 19 avril que par l’opposition et la société civile représentative. Le soutien du chef de l’état major des corps armés à la feuille de route constitutionnelle proposée par Bensalah n’a pas eu d’effet.

En effet, le 10 avril dernier, 12 organisations syndicales ont marché dans les rues de la capitale pour demander entre autres le départ d’Abdelkader Bensalah. Ils plaident pour une solution en dehors de la Constitution. Autrement dit, ils rejettent les consultations initiées par la présidence de la République ainsi que les élections présidentielles prévues pour le 4 juillet. A Ces 12 syndicats s’ajoute l’intersyndicale de la santé qui compte 5 syndicats ainsi que la Confédération nationale des forces productives qui regroupe 4 syndicats. En tout, elles sont 21 organisations syndicales à refuser Bensalah et sa politique.

De leur coté, les étudiants ont répondu mardi dernier, à Bensalah par des marches grandioses organisées dans l’ensemble du territoire national. Ils étaient des dizaines de milliers à dire au chef de l’Etat « Dégage ». Un message fort qui témoigne du refus de la communauté estudiantine des solutions proposées par le pouvoir en place.

Un refus que partage l’Union nationale des ordres des avocats (UNOA). Cette organisation qui compte 40 000 avocats s’oppose à l’organisation des élections du 4 juillet et à la désignation d’Abdelkader Bensalah chef de l’Etat. Une position soutenue par le club des magistrats qui appelle les juges à ne pas s’impliquer dans la préparation de cet événement électoral.

Une centaine de P-APC se sont joint aux voix hostiles à Bensalah. Issus dans leur majorité des wilayas du centre, ces P-APC refusent de préparer ces élections.

La classe politique issue de l’opposition a adopté la même attitude. On peut citer dans ce cadre : Ali Benflis, le MSP, Djaballah, le FFS, le RCD, le PT et autres.