Pendant cette période de transition, l’armée se charge de protéger le peuple de « la contre-révolution, plaide », suggère l’avocat.

L’avocat Mokrane Ait Larbi propose une feuille de route de sortie de crise sans revenir à la Constitution notamment son article 102.

La première mesure consiste à désigner une présidentielle collective en dehors du système. Une étape qui sera suivie par la nomination d’un gouvernement de compétences nationales accepté par le peuple.

La troisième mesure consiste à préparer les élections présidentielles dans un délai ne dépassant pas une année par une commission indépendante composée de personnalités politiques et de représentants de partis politiques et ce, après avoir modifié le code électoral.

La quatrième étape concerne le respect des libertés et la suppression des autorisations pour tenir une activité publique. La dernière mesure est liée à l’indépendance de la justice.

Pendant cette période de transition, l’armée se charge de protéger le peuple de « la contre-révolution, plaide », suggère l’avocat. Selon lui, « la contre-révolution est mise en marche avec une étiquète idéologique ».

Une fois élu, le nouveau président aura pour charge la préparation d’une nouvelle Constitution qui doit être soumises au peuple pour approbation, note la même source.