La ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, a affirmé mardi à Alger que les mesures, appliquées dernièrement dans la filière montage automobile, pour réduire la facture de l’importation des kits « CKD-SKD », étaient « transitoires » et visaient un réajustement de la balance des paiements.
« Il s’agit de mesures transitoires visant à réajuster la balance des paiements et à apporter des correctifs à même de mieux orienter le dispositif d’incitation dédié à la filière automobile », a-t-elle précisé lors d’une audience qu’elle a accordée à l’ambassadeur d’Espagne en Algérie.
M. Tamazirt a tenu à rassurer l’ambassadeur d’Espagne, et à travers lui l’ensemble des investisseurs étrangers, que l’Algérie respectait ses engagements avec ses partenaires, tout en réitérant la volonté du gouvernement algérien à poursuivre son accompagnement du secteur du montage automobile, connaissant une « pleine mutation », pour arriver à une industrie automobile intégrée.
En mai dernier, des décisions importantes avaient été prises par le gouvernement pour faire baisser la facture annuelle d’importation des kits CKD/SKD destinés au montage des voitures touristiques, ainsi qu’à la fabrication des produits électroménagers, électroniques et de la téléphonie mobile.
A cet effet, le ministère de l’Industrie et des Mines avait adressé, le 30 mai, une correspondance aux constructeurs automobiles activant sur le marché national, dans laquelle il leur a fixé le montant dédié à l’importation des kits (CKD-SKD), nécessaires à leur industrie.
Chargés notamment du contrôle et de la taxation du flux de l’import et de l’export, les services des Douanes algériennes ont reçu instruction d’entamer l’application de la réduction de l’importation des kits « SKD », utilisés dans le montage automobile, par une limitation des quotas.
Une correspondance adressée par la direction générale des Douanes à ses services, dont l’APS a obtenu une copie, précise les quotas d’importation des kits « SKD » alloués pour l’année 2019, aux quatre constructeurs automobiles, dont les projets et les programmes de production (modèles) ont été validés par le Conseil national de l’Investissement (CNI).
A cet effet, le document indique que le montant alloué à la SPA Renault-Algérie Production (RAP), pour cette année, est de 660 millions de dollars, dont 50% sont destinés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3.
Concernant les modèles validés de ce concessionnaire franco-algérien, la correspondance cite la Renault symbole, la Clio 4 et la Dacia Sandero stepway.
Le montant alloué à la SARL Tahkout manufacturing company, a été plafonné, quant à lui, à 360 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3.
Les modèles validés par le CNI de ce concessionnaire sont: Hyundai Tucson, Santarém, Accent RB, Sonata , I10, I 20, et Créta.
S’agissant du montant alloué à la SPA Sovac production, il a été plafonné à 600 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3.
Les modèles validés de ce constructeur algéro-allemand, sont le Caddy, la Golf, la Skoda octavia et la Seat ibiza.
Enfin, le montant alloué a la SARL Gloviz (KIA) est 380 millions de dollars, dont 50% consacrés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3.
Trois modèles sont validés au compte de ce constructeur alégro-sudcoréen: la KIA Rio, Cérato et la Picanto.