Le ministre de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelouahab Nouri, a fustigé jeudi, à Tipasa, la distribution « illégale » de quelque 65 ha sur un total de 1.059 ha, du Parc des grands vents (Dounia parc) d’Alger, destinés à constituer un parc citadin de villégiature pour les habitants de la capitale.

Dans une déclaration à la presse, au terme d’une visite de travail dans la wilaya, le ministre s’est dit « abasourdi » après avoir pris connaissance du dossier Dounia parc, qualifiant la situation de « très grave » et nécessitant des « mesures urgentes et rigoureuses ».
« Des lots de terrains ont été distribués dans un irrespect total de la législation en la matière et loin de toute transparence, en vue de l’implantation de projets imaginaires, représentés pour la plus part d’entre eux, par des fast-food », a souligné le ministre.
Après avoir souligné la résiliation, par ses services, des contrats relatifs à 96 projets, dont une quarantaine de fast-food, M.Nouri a soutenu qu’il est « impossible d’insuffler le développement du secteur touristique, par l’encouragement de la culture du fast-food, et du déni de la loi », assurant que la distribution des lots en question s’est faite, également, en l’absence de plans d’aménagement territoriaux, d’ou la gravité de la situation.
S’exprimant à propos des bénéficiaires de ces lots, il a signalé qu’ils seront indemnisés, et que les terrains seront récupérés.
D’autre part, Abdelouahab Nouri a fait cas de l’élaboration en cours d’une « évaluation globale de la saison estivale 2016, en vue de faire le constat de ses insuffisances, afin d’y remédier à l’avenir » , estimant que « l’Algérie possède les capacités l’habilitant à offrir de meilleurs prestations touristiques ».
Il a notamment relevé le problème de parcage des véhicules rencontrés par les automobilistes sur tout le littoral algérien, parallèlement à des insuffisances en matière d’hygiène du milieu, appelant les citoyens à s’impliquer d’avantage dans la préservation de l’environnement.
S’exprimant sur les Zones d’expansion touristique(ZET), le ministre a signalé des préparatifs en cours pour évaluer la situation de ces zones créés en vertu d’une circulaire, datée de 1989.
« Le foncier touristique est un sujet sensible qu’il faut traiter avec toute l’attention nécessaire, et dans le respect des Plans d’aménagement territoriaux pour éviter l’anarchie », a-t-il soutenu.
Interrogé sur les travaux de réhabilitation, en cours, au niveau des complexes touristiques publics de Tipasa (Matares, la Corne d’or, entre autres), le ministre, s’est dit « insatisfait » du rythme imprimé aux chantiers et de la faiblesse de leur suivi.
Le ministre a annoncé, sur place, le lancement d’un concours pour le recrutement d’ingénieurs et techniciens pour le suivi de ces opérations de réhabilitation, affectées d’une dotation publique de 70 milliards de da.