Le siège du ministère des Finances à Alger (photo publiée sur le site de l’APS).

Nous publions ci-après la répartition des budgets de fonctionnement et d’équipement par secteur telle que proposées dans le projet de loi de finances pour 2016.

 

 

1. Répartition du budget de fonctionnement par secteur d’activité

 

Le projet de loi de finances 2016 prévoit des dépenses de fonctionnement de 4.807,3 milliards DA (contre 4.972,2 mds DA dans la LFC 2015). Voici la répartition de ce budget par département ministériel, les chiffres entre parenthèses sont ceux de la LFC 2015 pour comparaison (unité: en milliards de DA):

 

– Présidence de la République                           7,9 (8,3)

– Services du Premier ministre                          3,4 (3,6)

– Défense nationale                                        1.118,2 (1.047,9)

– Intérieur et collectivités locales                     426,1 (586,8)

– Affaires étrangères et coopération internationale     30,5 (42,2)

– Affaires maghrébines, Union africaine et ligue arabe      (PM)

– Justice                                                     73,4 (77,5)

– Finances                                                  95,3 (92,4)

– Energie                                                    44,8 (46,8)

– Industrie et Mines                                    5,3 (5,5)

– Agriculture, développement rural et pêche   254,2 (255,3)

– Moudjahidine                                           248,6 (252,3)

– Affaires religieuses et Wakfs                     26,03 (27,06)

– Commerce                                                20,5 (24,4)

– Transports                                                 11,2 (12,7)

– Ressources en eau et environnement       17,6 (21,3)

– Travaux publics                                        19,08 (20,1)

– Habitat, urbanisme et ville                        21,3 (22,8)

– Education nationale                                  764,05 (746,6)

– Enseignement supérieur et recherche scientifique     312,1 (300,3)

– Formation et enseignement professionnel                  50,3 (50,8)

– Travail, emploi et sécurité sociale             226,4 (235,09)

– Aménagement du territoire, tourisme et artisanat       4,1 (6,2)

– Culture                                                  19,05 (25,7)

– Solidarité nationale, famille et condition de la femme  118,8 (131,8)

– Relations avec le Parlement                         0,24 (0,27)

– Santé, population et réforme hospitalière     379,4 (381,9)

– Jeunesse et sports                                          37,2 (40,6)

– Communication                                             19,3 (18,9)

– Poste et TIC                                                3,8 (3,9)

– Charges communes                                         448,1 (479.4)

 

2. Répartition du budget d’équipement par secteur d’activité

 

Le projet de loi de finances 2016 prévoit un budget d’équipement de 3.176,8 milliards (mds) DA, composé des dépenses d’investissement pour 2.403,3 mds DA et d’opérations en capital de 773,4 mds DA. Voici la répartition de ce budget par secteur (Unité: milliards de DA)

 

– Industrie                                                           7,37

– Agriculture et hydraulique                              271,43

– Soutien aux services productifs                      36,22

– Infrastructures économiques et administratives   685,7

– Education-Formation                                     159,75

– Infrastructures socio-culturelles                     113,12

– Soutien à l’accès à l’habitat                             469,78

– Divers                                                              600

– Plans communaux de développement (PCD)   60

 

+TOTAL investissements                               2.403,4

 

– Soutien à l’activité économique (dotations aux CAS et bonification du taux

d’intérêt)                                                              542,9

– Provision pour dépenses imprévues                 230,5

 

+TOTAL opérations en capital                              773,4

En plus de ce budget, il est prévu un plafond d’Autorisation de programme

de 1.894,2 mds DA. Ce montant couvre le coût des réévaluations du programme en cours et le coût des programmes neufs susceptibles d’être inscrits au coursde l’année 2016, précise le projet de loi.