Abdelmoumène Ould Kaddour a révélé l’existence de propositions d’investissement pour Sonatrach dans des pays tels que la Bolivie et l’Irak.

 

Après la signature d’un contrat avec le groupe français Total pour la réalisation d’un projet dans la pétrochimie, Sonatrach est actuellement en négociation pour un deuxième contrat avec un partenaire turc et un troisième avec le groupe italien Eni, a annoncé mercredi à Oran son P-DG, Abdelmoumène Ould Kaddour.

Lors de la présentation de la stratégie de la compagnie « SH 2030 », Ould Kaddour a indiqué que le développement de la pétrochimie « est un des plus importants axes de la stratégie de Sonatrach ». Il  ajouté, dans ce sens, que si Sonatrach « arrivait à mettre ces deux contrats en œuvre, dans les deux prochaines années, la compagnie nationale serait sur la bonne voie de développement et de création d’emplois ».

Le premier responsable de la compagnie pétrolière a révélé, par la même occasion, l’existence de propositions d’investissement pour Sonatrach dans des pays tels que la Bolivie et l’Irak.

Evoquant le contrat de l’achat, par Sonatrach, d’une raffinerie en Italie, Ould Kaddour n’a pas manqué de signaler les avantages de cette transaction. « Ceci nous confortera dans notre démarche visant à augmenter nos capacités de production, nos ventes et de nous affirmer à l’étranger », a-t-il dit.

Par ailleurs, le PDG de  la compagnie nationale des hydrocarbures, a indiqué que « Sonatrach s’est fixée l’objectif de figurer à l’avenir parmi les cinq meilleures entreprises pétrolières au monde ». « Ce n’est pas une chose impossible et c’est certainement réalisable », a-t-il soutenu.