Le responsable a annoncé la finalisation de deux stations de dessalement, à El Tarf et à Bejaïa, auxquelles s’ajouteront deux autres stations à Skikda et Zéralda (Alger).

Annoncée par le ministre des Ressources en eau il y a quelques mois, la création par Sonatrach d’un groupe industriel spécialisé dans le dessalement d’eau de mer, a été confirmée par le directeur central des ressources en eaux non conventionnelles auprès du même ministère, Abdelwahab Smati.

Intervenant ce matin sur la Radio nationale, le responsable a expliqué qu’il était temps de créer ce groupe industriel dans la perspective de sécuriser l’alimentation en eau du pays, en affirmant que cette industrie « est devenue nécessaire étant donné que les pouvoirs publics envisagent de créer 14 stations de dessalement d’eau de mer, à travers toutes les wilayas côtières ».

Smati a rappelé l’importance capitale de la maîtrise technologique dans la création de ce groupe industriel, notamment dans la fabrication des membranes, qui constituent le cœur des stations de dessalement.

Il dira, à ce propos, que « le transfert de technologie n’est pas une chose évidente et qu’il faudra travailler sur la maîtrise de cette technologie pour pouvoir créer une industrie pour le dessalement en Algérie (…) Ceci permettra  de soutenir nos stations de dessalement actuelles et futures ».

Par ailleurs, le responsable a indiqué qu’actuellement, les stations de dessalement d’eau de mer produisent quelque 2,2 millions de mètres cubes d’eau par jour, soit 17% du besoin national en eau.

Il a annoncé dans la foulée la finalisation de deux stations de dessalement, à El Tarf et à Bejaïa, auxquelles s’ajouteront deux autres stations à Skikda et Zéralda (Alger).