Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum a été reçu, lundi à Tunis, par le Président tunisien, Kaïs Saïed, auquel il a transmis “les salutations du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune” et souligné “la ferme détermination de l’Algérie à oeuvrer dans le sens de la consolidation des relations bilatérales unissant les deux pays et peuples frères”, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

A cette occasion, le Président tunisien a exprimé sa “satisfaction du niveau des relations bilatérales et de l’importante dynamique qui les empreint”, soulignant le souci de son pays de “promouvoir la coopération algéro-tunisienne aux plus hauts niveaux, au mieux des intérêts des deux pays et à la hauteur des aspirations des deux peuples frères”.

La visite du Président Abdelmadjid Tebboune prévue en Tunisie “constituera une importante étape du processus de renforcement des relations bilatérales, en sus des échéances bilatérales dont la concrétisation est envisagée dans les mois à venir”, a ajouté le Président tunisien.

L’occasion était pour les deux parties de passer en revue “les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment dans la région du Sahel et la situation en Libye, où a été enregistrée une convergence de vues autour du rôle des deux pays dans le rapprochement des vues des parties libyennes et l’importance d’aller dans le sens d’une solution politique qui préserve l’unité de la Libye, sa sécurité et sa stabilité, loin de toute ingérence étrangère, et ce à travers un dialogue inclusif, constructif et réel entre les enfants d’un même pays”.

Au terme de la rencontre, le Président tunisien a chargé le ministre des Affaires étrangères de transmettre “un message fraternel” à son “frère, le président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune”, exprimant son souhait de l’accueillir lors de sa prochaine visite en Tunisie, pour “poursuivre le processus de l’action bilatérale face aux défis communs, en vue de réaliser les aspirations des peuples de la région du Maghreb arabe à davantage de progrès et d’intégration”.