564 milliards de dinars (mds DA), soit l’équivalent de 5,1 milliards de dollars, tel est le coût de l’ambitieux plan de développement 2017-2030 de la Naftal (Société nationale de transport des produits pétroliers) présenté lundi par son directeur de planification et de stratégique, Mohamed Benchoubane.

 

 Naftal compte contracter un emprunt à long terme d’un montant de 283,2 mds DA pour le financement des projets stratégiques inscrits dans ce programme, soit plus de 50% du montant total.  Les projets inscrits pour la période 2017-2021 seront financés en fonds propres.

  Le plan qui prévoit des investissements dans la modernisation des infrastructures de stockage et du réseau de transport par canalisation des carburants et du GPL, de modernisation du réseau des stations-service, de développement et de la promotion des carburants propres et de la diversification des activités et services de Naftal.

 Comme objectif intermédiaire, Naftal veut faire tripler d’ici 2020 l’autonomie nationale de stockage en carburants pour arriver à 30 jours (2,1 millions m3) contre 10 jours actuellement (0,7 million m3), actuellement.

  Neuf centres de stockage (Alger, Khroub (Constantine), Bejaia, Souk Ahras, Annaba, Sidi Belabbes, Adrar, Tindouf et Tamanrasset) sont en cours de réalisation qui devraient donner une capacité de stockage additionnelle de de 415.000 m3 des capacités nationales de stockage, soit une hausse de 50% des capacités actuelles.

  203 mds DA seront nécessaires pour développer le réseau des stations-service, 152 mds DA pour augmenter les capacités de stockage et 102 mds DA pour la réalisation et la rénovation des canalisations. La réhabilitation et la modernisation des unités d’enfûtage et d’emballage GPL nécessitera 15 mds DA.  Dotée d’un capital social de 15,65 mds DA, Naftal emploie plus de 31.000 travailleurs.

Son chiffre d’affaires est en hausse en 2016 à 380 milliards de dinars en 2016 contre 333 milliards de DA en 2015. Le volume des carburants et des autres produits pétroliers commercialisés par n’a pas changé par rapport à 2015 : 17 millions de tonnes dont 13,9 millions de tonnes de carburants ordinaires (essences et gasoil) et 1,5 million de tonnes de GPL.