La section algérienne d’Amnesty International a lancé jeudi, une pétition en ligne pour demander au ministre de la Justice, Garde des Sceaux de libérer, sans conditions, les manifestants pacifiques arrêtés lors des marches contre le pouvoir.

« Nous vous demandons la libération immédiate et sans condition des manifestant.e.s toujours en détention et de respecter et protéger les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique », demande Amnesty. « Depuis le 22 février 2019, des manifestations majoritairement pacifiques réclamant un changement profond sur le plan politique, se déroulent chaque vendredi et pendant la semaine, à travers l’Algérie. Du fait de ces manifestations, au moins 34 personnes, dont une jeune femme de 25 ans, ont été inculpées au titre de l’article 79 du Code pénal algérien pour « atteinte à l’intégrité du territoire national » et risquent jusqu’à dix ans d’emprisonnement et une amende », rappelle l’organisation. Leur crime, déplore Amnesty, avoir brandi le drapeau Amazigh lors des manifestations pacifiques qui se sont déroulées en juin dernier. Ces dernières semaines, au moins 41 personnes ont été arrêtées pour avoir brandi le drapeau Amazigh lors de plusieurs manifestations dans le pays. Certaines ont été relâchées sans charges, d’autres ont été mises sous contrôle judiciaire. Au moins 34 manifestants dont une jeune femme de 25 ans, sont en détention provisoire aujourd’hui, en attente de leur procès ! Pour Amnesty, ces arrestations constituent une attaque flagrante contre le droit à la liberté d’expression et au rassemblement pacifique. « Les autorités algériennes doivent libérer immédiatement et sans condition les personnes appréhendées, au seul motif qu’elles portaient le drapeau Amazigh, et abandonner toutes les poursuites engagées contre elles », plaide Amnesty. Les autorités doivent également mettre un terme aux arrestations de manifestant.e.s pacifiques. Personne ne devrait être harcelé, intimidé, arrêté ou poursuivi simplement pour avoir manifesté ou exprimé ses opinions pacifiquement, exige la plus importante organisation de défense des droits de l’homme dans le monde.