Salon de l’auto de Montpellier, France.

Selon une étude publiée par le cabinet Ernst&Young (EY), les 17 plus grands groupes automobiles mondiaux ont enregistré une perte d’exploitation consolidée d’environ 11 milliards d’euros au deuxième trimestre 2020, à cause de la pandémie Covid-19.

Sur la même période en 2019, ces même groupe ont réalisé ensemble un chiffre d’affaires de 22 milliards d’euros.

Le rapport indique également que 11 entreprises ont clôturé le trimestre dans le rouge, alors que 6 parmi elles ont réussi à afficher un bénéfice.

Par ailleurs, le chiffre d’affaires est en baisse chez tous les fabricants, avec un total cumulé au cours du trimestre de près de 177 milliards d’euros, soit une baisse de 41 % par rapport à la même période l’année dernière.

Parmi les groupes les plus touchés par les conséquences économique de la pandémie Covid-19, on retrouve Mitsubishi qui a chuté de 57 %, puis les allemands Volkswagen de 37 %, Daimler (Maison mère Mercedes-Benz) de 29 % et enfin BMW de 22 %.

Seul l’américain Tesla d’Elon Musk, qui a tout de même vu son CA baisser de 5%, a réalisé un meilleur résultat qu’en 2019, indique le rapport de EY.

EY, qui joue les oiseaux de mauvais augure, prévoit que les ventes ne reviendront pas aux volumes antérieurs à la crise avant 2022. Peter Fuss, l’un des auteurs de l’étude, estime que ce choc aura des répercussions « brutales » sur l’emploi, ce qui commencera à se matérialiser, sous la forme de licenciements et de fermetures d’usines, « dès l’année prochaine ».