Fiat Chrysler Automobiles et PSA ont proposé des concessions pour répondre aux inquiétudes de l’autorité européenne de la concurrence sur leur mariage à quelque 50 milliards de dollars, montre un document de la Commission rendu public vendredi.

L’exécutif européen, qui a suspendu en juillet son enquête sur le projet de fusion dans l’attente de la réception d’éléments demandés aux deux constructeurs automobiles, ne s’est pas donné de date pour rendre sa décision.

PSA et Fiat Chrysler ont annoncé en décembre leur intention de créer le nouveau numéro quatre mondial de l’automobile mais la Commission craint que l’opération nuise à la concurrence dans 14 pays membres de l’UE et en Grande-Bretagne, notamment sur le marché des petits véhicules utilitaires.