La Chine a effectué vendredi le vol inaugural de son premier avion de ligne gros porteur , fabriqué dans le pays, devenant l’un des grands constructeurs mondiaux d’avions de ligne, rapporte l’agence de presse Xinhua.

 

 

Ce vol permet à la Chine de devenir le quatrième constructeur d’avions de ligne gros porteurs après les Etats-Unis, l’Europe et la Russie. Le vol marque un jalon pour la Commercial Aircraft Corp of China (COMAC), le fabricant du C919, basée à Shanghai, ajoute l’agence.

 Le vol inaugural du le C919 a duré 80 minutes avec un décollage et un atterrissage à l’aéroport international de Shanghai sous les acclamations d’une foule rassemblée le long de la piste.

L’avion, avec un équipage de cinq personnes, a volé à environ 3.000 mètres d’altitude à la vitesse de 300 kmh, selon la télévision chinoise. Les pilotes ont été accueillis en héros à leur descente de la passerelle recouverte d’un tapis rouge.

Le défi de la certification US

L’avion qui peut transporter 168 passagers sur 5.550 km donne les moyens à la Chine d’entrer dans le marché du moyen-courrier dominé par le B737 de l’américain Boeing et l’A320 de l’européen Airbus.

Deux C919 ont été assemblés, ils seront suivis de quatre autres avant 2019. Comac compte bousculer à terme la domination du duo Boeing-Airbus. Il a déjà des 570 commandes de la part des compagnies chinoises et vient concurrencer Boeing et Airbus qui dominent le marché chinois.

 Il reste au Comac à passer l’écueil de la certification de l’Administration aéronautique américaine qui n’est guère aisée à obtenir.  C’est toujours le cas de l’ARJ-21, un bimoteur de 79 à 90 place, qui six ans après son premier vol n’a toujours pas reçu la certification qui lui permet de survoler les Etats-Unis. L’ARJ-21 est de ce fait limité aux vols intérieurs.