Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a indiqué que la compagnie pétrolière britannique British Petroleum (BP) « n’a fait aucune demande de cession de ses parts dans le champ de Tiguentourine à In Amenas ».

Cette déclaration du ministre a fait suite à l’information relayée par les médias, faisant état de l’intention de la compagnie pétrolière BP de céder ses parts dans le champ de In Amenas à Tiguentourine.

Le ministre qui s’est exprimé en marge de la plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée au débat du plan d’action du gouvernement, a indiqué, par contre que, la compagnie pétrolière britannique est intéressée par la reprise de l’investissement en Algérie.

« La compagnie britannique avait fait part, dans un courrier officiel (‘adressé) au ministère de l’Energie de son intérêt pour la reprise de l’investissement dans le secteur des hydrocarbures en Algérie », a révélé le ministre.

Selon lui, « la compagnie britannique est intéressée par la reprise de l’investissement dans le cadre de la nouvelle loi sur les hydrocarbures et s’est dite disposée à étendre ses investissements en Algérie ».

Rappelons que l’agence Reuters avait annoncé la semaine passée que le groupe britannique BP « envisage de se retirer du champ gazier d’In Amenas. Il est à la recherche d’acquéreurs pour sa participation dans ce site de gaz naturel, après l’échec des discussions sur une vente au géant pétrolier russe Rosneft ».