L’offre ADSL de l’opérateur historique menacée par la 3G.

 

La gestion des œuvres sociales à Algérie Télécom est l’objet d’une vive tension entre le comité de participation de l’entreprise et la Fédération nationale UGTA des travailleurs des PTIC (FNT/PTIC).

 

Le président du Comité de Participation d’Algérie Télécom (CP), Karim Bouaziz, a animé mercredi une conférence de presse pour dénoncer une situation de blocage qui dure depuis 2014 du fait du refus de l’ex-commission des œuvres sociales de procéder à une passation de consignes.

 Ce refus de passation de consignes s’est transformé au fil des moins en un conflit entre le Comité de participation et la FNT/PTIC.  Le comité de participation ne comprenant pas l’inertie de la FNT/PTIC sur cette affaire de passation de consignes qui bloque de facto la gestion des œuvres sociales.

 La situation a ensuite évolué avec la désignation par Algérie Télécom d’un audit externe qui a livré ses conclusions sur la situation juridique et financière. Les résultats de l’audit ont entrainé le déclenchement d’une enquête de l’Inspection Générale des Finances (IGF).  Selon Karim Bouaziz, l’opération de contrôle de l’IGF a révélé l’existence d’irrégularités et d’anomalies « graves et passibles de qualifications pénales».

 « Au lieu de donner des explications sur ces anomalies, le SG de la FNT/PTIC a suspendu de toute activité syndicale 11 membres du syndicat et du Comité de Participation y compris son président» a souligné Karim Bouaziz qui a demandé l’intervention du SG de l’UGTA et des pouvoirs publics.

 En lien apparent avec ce bras de fer entre le CP d’Algérie Télécom et la Fédération, des membres des sections syndicales ont décidé de retirer leur confiance au secrétaire générale du syndicat d’entreprise, Mustapha Oukal qui soutient le comité de participation. Une réunion extraordinaire du conseil syndical de l’entreprise est censée avoir lieu demain jeudi.