« Ce n’est pas à la France de dire aux Algériens comment il faut faire sur la situation en Algérie », a affirmé ce dimanche le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, au sujet de la situation politique en Algérie,

« Nous sommes très attachés à l’Algérie et nous souhaitons que les voies du dialogue permettent une solution politique rapide », a ajouté le chef de la diplomatie française lors de son passage sur la chaîne CNews.

Pour Le Drian, « il n’y a pas de chaos dans les rues. Il y a une population qui s’exprime très régulièrement depuis le mois de février, tous les vendredis ».

Selon les propos du ministre français, la transition politique en Algérie n’est pas chose facile. « Il y a une transition politique depuis le départ du président Bouteflika qui n’est pas simple parce que c’est un grand moment dans l’histoire de l’Algérie », a-t-il souligné en précisant que son gouvernement « compte sur le sens des responsabilités des Algériens ». « Nous pensons que la voie du dialogue doit s’imposer pour trouver les solutions. Il faut que les Algériens trouvent eux-mêmes les voies du dialogue », a-t-il fait savoir.

Il a ajouté que « ce n’est pas à la France de dire aux Algériens comment il faut faire. Nous sommes très attachés à l’Algérie et nous souhaitons que les voies du dialogue permettent une solution politique rapide », a expliqué le chef de la diplomatie française.

Au sujet d’un éventuel bouleversement de la situation en Algérie, Jean-Yves Le Drian a assuré que pour l’heure, la maturité est au rendez-vous. « La responsabilité est au rendez-vous et nous souhaitons que ça se poursuive dans ce sens », a-t-il conclu.