La finalisation des travaux de moisson en France confirme la baisse de production annoncée. Les acheteurs se montrent ainsi prudents en ce début de saison. La Tunisie a d’ailleurs lancé un appel d’offres en blé tendre, blé dur et en orges fourragères, annonce le cabinet Agritel dans une note d’analyse publié sur son site.

Marché européen

La parité de change euro/dollar évolue toujours en hausse, retrouvant ainsi son plus haut niveau depuis septembre 2018. Ce niveau pèse sans surprise sur les perspectives d’exportation, dans un contexte européen de baisse de production de blé tendre.

Les températures en hausse en cette fin de semaine, avec des alertes canicules dans plusieurs régions, viennent animer le marché des cultures de printemps et notamment le maïs. L’état des cultures sera en effet à surveiller sachant que de fortes hétérogénéités de développement sont déjà observées. Les prix sur Euronext évoluaient toutefois peu hier en nouvelle récolte.

Les cours du colza accusaient en revanche un repli sur Euronext de l’ordre de -4 €/t en fin de journée. La fermeté des cours du canola observée au Canada est toutefois à suivre face au repli récent observé des cours de l’huile de palme. Face à une baisse de la production européenne en colza, les solutions de substitution et d’importation devraient être largement plebiscitées à nouveau durant la campagne.

Marché américain

Selon Agritel, les bonnes conditions météorologiques actuellement observées aux USA sur les cultures de maïs remettent une pression sur les prix. Cette sitution amène ainsi les fonds à revoir leurs positions et à accentuer les ventes en maïs. Hier, les cours de l’échéance Septembre en fin de séance à Chicago s’affichaient sur un nouveau plus bas en clôture de retour, sur un niveau proche du plus bas d’avril dernier. Ce mouvement de repli est également observé sur les échéances suivantes qui elles aussi se négocient sur des niveaux proches des plus bas, ainsi le contrat Décembre 2020 repasse sous le niveau de 3.30 $/b.

Le mouvement de repli était également visible en soja. Toutefois, les niveaux échangés, bien qu’au plus bas depuis la mi-juillet, sont toutefois largement au-dessus des plus bas d’avril dernier. Le raffermissement de l’activité export avec le regain d’intérêt de la Chine notamment apporte en effet un élément de soutien même si l’état des cultures laisse toujours espérer à un bon potentiel de production.

Les récoltes de blé de printemps aux USA avancent et offrent ainsi un peu de soutien aux cours. Les prix ont ainsi affiché une hausse hier, rebondissant ainsi sur la zone de support de 5.20 $/b pour le contrat Septembre 2020.

Marché mer Noire

Par ailleurs, le cabinet français note que les coupes en Russie avaient commencé avec un certain retard dans les zones les plus marquées par la sécheresse printanière. Ainsi, depuis le lancement de la récolte, la Russie montrait un retard par rapport à l’année passée en termes de surfaces coupées, de rendement moyen et donc de volume collecté. `

Grâce à des conditions météorologiques favorables à l’avancement des récoltes et à de bons rendements dans les plaines du district central et de la Volga, la Russie a désormais complétement rattrapé son retard.

Selon les autorités, au 29 juillet, 15.5 Mha ont été battus contre 14.5 Mha l’an passé, 54 Mt collectées contre 50.3 Mt avec un rendement moyen de 3.48 t/ha contre 3.47 t/ha l’an passé.

Plus particulièrement en blé, ce sont 12.4 Mha (11.7 en 2019) qui ont été battus, 44.8 Mt collectées (42.8 Mt).

Avec Agritel