Abdelmadjid Attar, ancien PDG de Sonatrach /Ph. A. Begheit

En tenant compte de la situation que traverse actuellement notre pays, par rapport à la chute drastique des prix de pétrole, « c’est le moment ou jamais pour engager des réformes dans la consommation énergétique du pays », selon l’ancien ministre et P-DG de Sonatrach, Abdelmadjid Attar.

S’exprimant ce mardi, dans l’émission « L’invité du direct » de Radio M, Attar a expliqué que ce nouveau model de consommation énergétique « passe obligatoirement par les prix ». « Il faut opter pour une augmentation graduelle des prix des énergies, en commençant par ceux du carburant », a-t-il précisé en ajoutant que ceci « fera aussi baisser le gaspillage d’énergie ».

Pour ce faire, Attar propose d’établir “une nouvelle loi de finances qui engagera des réformes profondes dans tous les secteurs, notamment celui de l’énergie”.

« Je pense que le gouvernement actuel peut engager des réformes dans le modèle de consommation énergétique, car les gens sont sensibilisés sur la gravité de la situation », a estimé l’invité de Radio M.

Concernant la crise actuelle qui secoue l’économie mondiale, Abdelmadjid Attar, estime qu’il s’agit d’une «crise majeure, à la fois sanitaire mais aussi économique ». « Toutes les crises sont suivies par des constats et des prises de décisions. Cette crise va pousser les gouvernements des pays dépendants du pétrole à des réformes et à des prises de décisions capitales », estime Attar.

Pour lui, « la crise actuelle va pousser à des changements de comportements notamment vis-à-vie des ressources énergétiques. Car nous dépendons du pétrole et cette expérience a montré qu’une crise sanitaire pouvait nous mettre à genoux ».

Dans ce même sens, Attar a insisté sur l’obligation, pour les pays dépendants des énergies conventionnelles, de chercher de nouvelles formes de mobilité.  Il dira, enfin, que « si on ne fait rien on ira droit dans le mur ».