Farid Bourenani, conseiller du patron de Cevital Issad Rebrab
Farid Bourenani, conseiller du patron de Cevital Issad Rebrab

Pour Farid Bourenani qui a commenté sur RadioM, l’actualité du groupe Cevital en sa qualité de conseiller de Issad Rebrab, les réalisations de Cevital à l’international sont « une avancée positive qui donne de la crédibilité à la démarche adoptée par les autorités financières algériennes ».

 

Expert financier et conseiller du patron du groupe Cevital, Farid Bourenani était ce matin « l’Invité du direct de Radio M ».L’expert algérien a évoqué les récentes informations publiées par la presse italienne relayant  des sources syndicales qui font état  du « retard » accusé par les projets sidérurgiques  du groupe Cevital sur le site de Piombino en Italie. Il  précise, à propos de cet investissement, que le  groupe privé algérien  s’est engagé  à maintenir l’emploi et relancer l’activité du site grâce « à un nouvel investissement  estimé à 60 millions de dollars dans 2 haut fourneaux supplémentaires ». Ce dernier investissement « sera financé par un emprunt auprès de banques internationales avec lesquelles le groupe Cevital travaille actuellement ». En attendant la concrétisation de cet investissement dans une « industrie lourde et fortement demandeuse de capitaux », le site « continue de fonctionner et exporte notamment vers les Etats- unis des aciers spéciaux destinés  aux rails de chemin de fer ». L’expert algérien  n’exclut pas qu’il puisse à l’avenir trouver également un débouché dans les importants  projets de développement du rail en Algérie.

La Banque d’Algérie  n’est pas en cause

Farid Bourenani apporte au passage un démenti clair aux informations publiées par la presse italienne au sujet de la responsabilité de la Banque d’Algérie dans les retards enregistrés  par le développement du projet sidérurgique des aciéries Lucchini. « Le transfert de devises demandé en novembre dernier  à la Banque d’Algérie, dans le cadre de la nouvelle réglementation sur les investissements à l’étranger des entreprises nationales,  concerne un autre projet localisé sur le même site de Piombino « qui est doté d’un port en eau profonde ». Il s’agit de la construction de plates-formes logistiques destinées à accueillir les exportations de Cevital vers le marché européen. « La Banque d’Algérie a accepté la demande de Cevital pour les installations répondant  au principe de complémentarité avec des activités de production existantes en Algérie dans le domaine de l’agroalimentaire et du verre plat en autorisant Cevital à transférer 65 millions de dollars ». Farid Bourennani commente : « Ce qui a été  fait est une avancée positive qui donne de la crédibilité à la démarche adoptée par les autorités financières algériennes ».

Les « méga- usines de Sétif » bientôt en activité

L’actualité pour le groupe Cevital en Algérie c’est surtout aujourd’hui selon l’expert algérien « l’entrée en service prochainement de  2 méga- usines à Sétif » qui «  n’auraient jamais existées sans l’acquisition à l’étranger des marques Brandt et qui vont créer plusieurs milliers d’emplois en Algérie ». Les « tracasseries administratives » des derniers mois de 2015 sont oubliées et les projets « respectent  actuellement leur calendrier d’avancement » en démontrant  selon Farid Bourenani que « les retombées en Algérie des investissements réalisés à l’étranger seront considérables et sans commune mesure avec les transferts réalisés ». Un principe et une démarche de développement à l’international qui est également valable, selon l’expert algérien, pour le projet évoqué récemment par les médias nationaux et étrangers à propos d’un investissement  du groupe  Cevital au Brésil dans le domaine des produits alimentaires de base qui « aura forcement lui aussi des répercutions importantes en termes de création d’activité et d’emplois en Algérie ».

Ecouter l’émission : 

Vidéo: