Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé vendredi à El Bayadh que le cas des 635 marchés du pays, réalisés dans le passé et qui demeurent encore non exploités pour différentes raisons, sera tranché en 2021.

Lors d’une visite aux nombreuses structures relevant de son secteur, le ministre a indiqué que la situation des marchés non exploités “sera tranchée l’année prochaine.”

La situation des marchés non exploités au niveau national “sera tranchée de concert avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et ce, à travers une solution sur la manière de les exploiter”, a-t-il fait savoir.

“L’Etat ne construira plus, à l’avenir, de marchés au niveau des wilayas”, a souligné M. Rezig qui a appelé, ceux qui s’intéressent à ce domaine à investir dans ce créneau et de prendre l’initiative pour réaliser ce genre d’espaces et les exploiter.

Le ministre a déclaré, à ce propos, que “des facilités leurs seront accordées par les services de la wilaya avec, en prime, un accompagnement des services du commerce.”

Kamel Rezig a déclaré, d’autre part, qu’”il sera procédé prochainement à la levée du gel sur le registre de commerce concernant les produits alimentaires”, citant, à ce propos, quatre projets en lien avec la réalisation de laboratoires de contrôle de la qualité au niveau des wilayas d’El Bayadh, de Boumerdes, de Tipasa et d’Aïn Defla.

“Ces projets ont été gelés dans le passé. Le ministère vient de prendre des mesures au niveau du Gouvernement pour relancer ces projets de construction des quatre laboratoires en 2021”, a expliqué, à ce propos, le ministre, relevant l’existence d’une correspondance qui a été adressée au ministère des Finances pour la levée du gel.

M. Rezig a annoncé également l’élaboration, en cours, d’une carte nationale relative aux différentes aires de stockage publiques existantes à travers le pays qui sera achevée avant la fin de l’année en cours, signalant que cette opération vise à identifier et maîtriser tous les moyens de stockage, à l’instar de la chaîne de froid.

A cet effet, le ministre a mis en exergue l’importance de cette carte aux fins d’exploiter ses données par les ministères du Commerce, de l’Agriculture et du Développement rural et de l’Industrie, notamment pour apporter des solutions idoines aux différents problèmes qui se posent sur le terrain.