« Commercialiser le gaz n’est plus aussi facile que par le passé », a indiqué ce mercredi  le nouveau P-DG de Sonatrach, Kamel Eddine Chikhi, rapporte le cabinet S&P Global Platts.

Chikhi qui s’exprimait lors d’un sommet du Forum des Pays exportateurs de Gaz à Malabo en Guinée équatoriale, a expliqué que pour vendre du gaz algérien « Il faut faire face à de nouvelles conditions de marché ».

A ce propos, le cabinet S&P Global Platts a expliqué que l’Europe est actuellement inondée de gaz, avec des approvisionnements de GNL qui ont fortement augmenté au cours des 12 derniers mois, et les espaces de stockage ont atteint leur capacité, ce qui a poussé les acheteurs à opter pour des contrats plus courts, plus flexibles et moins volumineux.

Par ailleurs, le P-DG a indiqué que Sonatrach chercherait à développer ses activités GNL à l’avenir, ce qui lui donne la possibilité d’élargir sa clientèle.

« Vous pouvez atteindre des clients qui sont plus loin », a déclaré M. Chikhi, en affirmant qu’il est important « d’être un producteur pertinent pour nos différents clients ».

Pour Chikhi, le GNL offre une flexibilité supplémentaire, permettant à l’Algérie de réserver davantage de gaz à la production de GNL lorsque les acheteurs européens revoient leurs achats à la baisse.

Sonatrach espère également profiter des variations saisonnières dans les approvisionnements européens, avec des importations moins importantes de ses acheteurs européens sur la période allant d’avril à septembre, ce qui signifie que davantage de gaz est disponible pour d’autres marchés, explique le S&P Global Platts.