Les responsables de l’entreprise publique Batimétal, filiale du groupe public Imetal, contactée par la rédaction de Maghreb Emergent, se sont exprimés sur les derniers soubresauts qui ont secoué l’entreprise, soit les mouvements de protestations qui ont marqué le quotidien de l’unité de Oued Smar à Alger, au cours de la semaine écoulée. Ils estiment que les animateurs de cette montée au créneau ne sont d’autres que des éléments habitués à pêcher en eaux troubles.

Ils ajoutent : « Nous avons honoré toutes les revendications des travailleurs » Toutefois ils signalent que le volet relatif à la permanisation, demeure à l’étude, d’autant que la situation de récession actuelle, sur fond de pandémie de Coronavirus, impose une certaine prudence dans l’action managériale.

D’autres part, ils rappellent que la question de la pérmanisation a été au menu de la réunion du 27 juillet dernier, ayant réuni le PDG d’Imétal, le SG de l’union de wilaya des travailleurs algériens ainsi que le SG de la Fédération de la mécanique.

Une source proche de la Direction d’Imetal indique que le PDG, nouvellement installé, a hérité d’une situation difficile et fait preuve d’une grande abnégation en vue de redresser l’entreprise. En effet, le bilan de l’exercice 2019 plaide en faveur du nouveau PDG, car il est de loin « supérieur aux dix exercices précédents, avec à la clé un plan de charge de 14 milliards de dinars ».