Le parti Mouvement de la société pour la paix (MSP) d’Abderrazak Makri, a mis un programme et un calendrier pour participer à la révision constitutionnelle.  Dans un communiqué rendu public, il a proposé ce mardi la criminalisation de l’usage de la langue française au sein des institutions et sur les documents officiels, la généralisation de la langue arabe et une simple inscription de Tamazight dans la nouvelle Constitution.

Selon le communiqué, les structures du parti et ses institutions participeront dans la révision de la nouvelle constitution a traves quatre séminaires internes.   Les thèmes sont ; la constitution et l’identité, la Charia et la déclaration du 1er novembre. La Constitution et la nature du régime ainsi que l’équilibre des pouvoirs. La Constitution et les libertés. Enfin, la Constitution et le contexte international et régional ainsi que la souveraineté nationale.

Ledit parti de la mouvance islamique a proposé dans ce sillage, de « criminaliser » l’usage de la langue française au sein des institutions et sur les documents officiels. Il propose en revanche la généralisation de la langue arabe, en tant que langue nationale et officielle, au sein des institutions et sur les documents officiels.

Quant à Tamazighth, le parti d’Abderrazak Makri propose uniquement et simplement qu’elle soit inscrite dans la nouvelle Constitution.  Pour le MSP il suffit d’écrire la formule ; « l’arabe et tamazight comme deux sœurs ayant un prolongement historique commun » dans la nouvelle Constitution de Abdelmadjid Tebboune. « La Charia islamique doit être un fondement de la législation en Algérie et la déclaration du 1er Novembre 1954 doit être parmi les articles de la Constitution qui ne peuvent pas faire l’objet d’une révision » a aussi proposé le parti islamiste.