Le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel.

Selon la chaîne de télévision privée Echorouk, les représentants de la population d’In Salah ont informé le directeur général de la Sûreté nationale que les protestations contre le gaz de schiste seront poursuivies jusqu’à l’arrêt l’arrêt des forages au bassin d’Ahnet.

 

 

Le général-major Abdelghani Hamel a été dépêché par la présidence dimanche à In Salah pour tenter de mettre fin à la contestation contre l’exploration de gaz de schiste qui dure depuis le 1er janvier.

Le DGSN a été à In Salah à la tête d’une délégation officielle qui a rencontré dimanche matin, indique El Watan, des représentants de la société civile au salon d’honneur de l’aéroport Tesfaout d’In-Salah. Ces derniers ont réitéré à Hamel leurs appréhensions quant à l’exploitation du gaz de schiste dans la région ainsi que leur revendication de l’arrêt des forages au bassin d’Ahnet avant toute discussion.

L’émissaire du président Bouteflika a, de son côté, « longuement entretenu l’assistance sur la nécessité de prendre en considération le volet sécuritaire et les dangers qui menacent le pays », écrit la correspondante du quotidien francophone.

Selon la chaîne de télévision privée Echorouk, Hamel a également demandé à ses interlocuteurs de sélectionner trois représentants de In Salah afin de rencontrer le président Bouteflika à Alger. Leur réponse a été que les habitants ont « une revendication unique exprimée depuis 20 jours », la même qui lui a été expliquée. Ils l’ont également informé que les habitants poursuivront les protestations jusqu’à la satisfaction de leur demande.

A la fin de la rencontre, Abdelghani Hamel a souligné que la revendication des habitants de In Salah, à savoir l’arrêt de l’exploration du gaz de schiste dans la région,  » sera soulevée aux instances gouvernementales concernées et aux hautes autorités du pays », a rapporté l’agence APS.