Plus de 1,5 milliard d’élèves, soit 87% de la population scolaire et étudiante mondiale, sont touchés par les fermetures d’établissements provoquées par l’épidémie de coronavirus, a indiqué jeudi l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

“Jamais auparavant nous n’avions été témoins d’une perturbation de l’éducation d’une telle ampleur”, a souligné Audrey Azoulay, la directrice générale de l’agence onusienne basée à Paris, dans un communiqué.

Pour tenter d’y remédier, a-t-elle ajouté, l’Unesco a mis sur pied une grande coalition visant à “aider les États à développer les meilleures solutions d’enseignement à distance et à atteindre les enfants et les jeunes les plus à risque”.

Cette coalition réunit plusieurs institutions multilatérales, à l’image de l’Organisation mondiale de la santé, l’Unicef, l’organisation internationale de la francophonie ou encore la Banque mondiale, et des entreprises privées comme Microsoft, Google, Facebook, Zoom ou Weidong, précise l’agence onusienne.